menu
Partager

Poisson-lanterne : caractéristiques, habitat et alimentation

 
Par Paola Milan Lopez, Traductrice. 5 avril 2022
Poisson-lanterne : caractéristiques, habitat et alimentation
Image: 10tons

Le poisson-lanterne (Centrophryne spinulosa) pourrait être le protagoniste de n'importe quel film d'horreur. Contrairement à de nombreux autres poissons, qui se distinguent par leurs couleurs vives et leurs formes amusantes, ce poisson se singularise par la taille disproportionnée de sa tête et de ses mâchoires, qui sont pleines de dents, dont certaines sont très longues et pointues. Ce poisson est également appelé poisson abyssal, poisson des abysses ou encore poisson des profondeurs.

La plupart des espèces vivent dans les eaux profondes et inexplorées de nos mers et océans. C'est dans leur habitat naturel que nous pouvons découvrir l'une des caractéristiques les plus surprenantes de ce poisson : sa capacité à créer de la lumière. Êtes-vous étonné qu'un poisson puisse créer de la lumière ? Souhaitez-vous en apprendre davantage sur cette singularité ? Chez ProjetÉcolo, nous vous expliquons tout ce qu'il y a à savoir sur le poisson-lanterne, ses caractéristiques, son habitat et son alimentation.

Cela pourrait aussi vous intéresser : Caligo : caractéristiques, habitat et alimentation

Qu'est-ce qu'un poisson-lanterne et quelles sont ses caractéristiques ?

Le poisson-lanterne n'est pas une seule espèce, mais un groupe très varié et diversifié qui est regroupé pour former l'ordre taxonomique des Lophiiformes. Les caractéristiques les plus remarquables du poisson-lanterne sont les suivantes :

  • Seules les femelles ont la "lanterne" : il s'agit de la transformation du premier rayon de la première nageoire dorsale en un outil qui n'a rien à voir avec la nage.
  • La "lanterne", proprement appelée rayon épineux, est située sur la tête : ce rayon épineux s'éloigne du reste de la nageoire dorsale et se trouve sur la tête, juste au-dessus des yeux ou encore plus près de la bouche, selon le genre ou l'espèce. La forme de ce rayon est modifiée comme un appât et se termine par un organe bioluminescent.
  • Les dents du poisson-lanterne sont incurvées vers l'intérieur de la cavité buccale et peuvent bouger : cela permet aux proies d'entrer mais les empêche de s'échapper. Pour en savoir plus sur la relation entre Prédateurs et proies : exemples et caractéristiques, rendez-vous sur ce lien.
  • Leur corps est très souple : cela leur permet d'avaler des proies jusqu'à deux fois plus grosses qu'eux.
  • Il existe un dimorphisme sexuel : les mâles sont beaucoup plus petits que les femelles et leur mâchoire n'est pas faite pour dévorer des proies.
  • Les mâles parasitent les femelles : ils se fixent sur le corps de la femelle de façon temporaire ou permanente. Les enzymes produites par le mâle aident à digérer la peau de la femelle, ce qui lui permet de s'y accrocher à travers les tissus où se trouvent des vaisseaux sanguins. Grâce à eux, elle peut obtenir les nutriments dont elle a besoin pour continuer à vivre et à se reproduire. Si vous voulez en savoir plus sur le Parasitisme : définition et exemples, nous vous recommandons de lire cet autre article de ProjetÉcolo.
Poisson-lanterne : caractéristiques, habitat et alimentation - Qu'est-ce qu'un poisson-lanterne et quelles sont ses caractéristiques ?
Image: Facebook

Comment le poisson-lanterne émet de la lumière

L'organe bioluminescent est responsable de la production de lumière, comme expliqué dans le paragraphe précédent. Le poisson-lanterne émet de la lumière grâce à des bactéries capables de la générer par une réaction chimique. Ces micro-organismes s'acquièrent à partir de l'environnement, et non des géniteurs. Dans ce qu'on appelle la symbiose ou l'association, les bactéries reçoivent des nutriments du poisson et, en retour, le poisson obtient un organe qui lui permet d'attirer des proies.

Si vous voulez en savoir plus sur ce qu'est la symbiose en écologie avec des exemples pour l'illustrer, n'hésitez pas à regarder la vidéo suivante dans laquelle nous vous l'expliquons en détails.

Habitat du poisson-lanterne

Où vivent les poissons-lanternes ? Les différents genres et espèces de poissons-lanternes vivent soit dans les eaux du plateau continental (pas plus de 200 mètres de profondeur), soit dans la zone pélagique (haute mer), où il y a peu ou pas de lumière. Ainsi, les poissons-lanternes sont des poissons abyssaux qui habitent les plaines des abysses. Ceux qui occupent ce deuxième habitat peuvent vivre à des profondeurs de plus de 4 000 mètres.

Ces poissons peuvent également être classés en deux catégories en fonction de leur habitat :

  • Les poissons-lanternes benthiques : ils vivent au fond de la mer, touchant le sable ou s'y cachant. Le corps de ces poissons est comprimé de manière dorsoventrale, ce qui leur donne un aspect plat et leur permet de mieux se camoufler. Leurs mâchoires sont souvent orientées vers le haut pour faciliter la capture des proies.
  • Les poissons-lanternes pélagiques : vivent dans la colonne d'eau. Leur corps est plus volumineux et est parfois comprimé, mais latéralement.

Si vous voulez en savoir plus sur les Animaux des fonds marins, n'hésitez pas à consulter cet autre article dont nous vous recommandons la lecture.

Alimentation des poissons-lanternes

Qu'il se cache dans les fonds marins sablonneux ou qu'il navigue dans les eaux sombres des abysses, l'organe bioluminescent du poisson-lanterne lui sert d'embuscade pour attirer ses proies près de sa bouche. Le squelette est conçu pour que la mâchoire interne puisse s'étendre, créant ainsi une pression négative qui permet d'aspirer ses proies dans sa cavité buccale.

Ses proies préférées sont les crevettes et autres crustacés, les escargots et les petits poissons. Comme les poissons-lanternes peuvent étendre leur taille, des poissons plus gros sont occasionnellement inclus dans leur régime alimentaire. Ils peuvent aussi se nourrir parfois de pieuvres et de calmars.

Poisson-lanterne : caractéristiques, habitat et alimentation - Alimentation des poissons-lanternes

Reproduction du poisson-lanterne

Vivant au milieu de la colonne d'eau et avec si peu d'individus, les chances qu'un mâle et une femelle se rencontrent pendant la saison des amours sont très limitées. Pour cette raison, certains genres de Lophiiformes vivant dans les parties les plus profondes de l'océan ont développé un dimorphisme sexuel remarquable (différences physiques entre les mâles et les femelles d'une même espèce).

Les mâles de certaines espèces ont évolué de telle sorte qu'ils sont devenus des parasites pour les femelles. Ainsi, ils sont physiquement beaucoup plus petits que les femelles et sont adaptés pour les parasiter.

Une fois que le mâle a parasité la femelle, les appareils reproducteurs des deux poissons sont entièrement développés. La fécondation est externe, de sorte que le mâle et la femelle libèrent en même temps des spermatozoïdes et des ovules. Les œufs fécondés ne sont pas gardés par les adultes, mais se développent indépendamment.

Pour plus d'informations sur La fécondation externe : Définition et exemples, nous vous renvoyons vers cet article que nous vous conseillons de parcourir pour en apprendre davantage.

Curiosités sur le poisson-lanterne

Vous l'avez sûrement remarqué, le poisson-lanterne est une source de curiosités ! Nous vous présentons à la suite, quelques-unes des curiosités concernant le poisson-lanterne :

  • Chez les espèces du genre Ceratidae où le mâle parasite la femelle, le mâle ne possède pas les gènes impliqués dans la réponse immunitaire : ainsi, lorsqu'il s'empare de la femelle et fusionne avec elle, son organisme ne génère pas de réponse immunitaire à la circulation sanguine de la femelle, ce qui pourrait même être mortel pour le mâle.
  • Certaines femelles peuvent être parasitées par jusqu'à six mâles.
  • La lotte et le poisson-lanterne sont apparentés : lorsque nous les achetons chez le poissonnier, nous achetons en fait un type de Lophiiformes dont le nom scientifique est Lophius piscatorius.
  • Les plus grands poissons-lanternes sont de l'espèce Ceratias holboelli et peuvent atteindre 1,20 mètre de long.

Si vous souhaitez lire plus d'articles semblables à Poisson-lanterne : caractéristiques, habitat et alimentation, nous vous recommandons de consulter la catégorie Animaux sauvages.

Bibliographie
  • Tory A. Hendry, Lindsay L. Freed, Dana Fader, Danté Fenolio, Tracey T. Sutton, Jose V. Lopez, Nancy A. Moran. (2018). Ongoing Transposon-Mediated Genome Reduction in the Luminous Bacterial Symbionts of Deep-Sea Ceratioid Anglerfishes. Disponible sur : https://journals.asm.org/doi/abs/10.1128/mBio.01033-18
  • The Great Barrier Reef Library. (2018). Lophiiformes. Disponible sur : http://thegreatbarrierreeflibrary.org/lophiiformes/
  • Quigley, Declan. (2014). Ceratoid Anglerfishes (Lophiiformes: Ceratioidei) in Irish Waters. Sherkin Comment. 58. 7.
  • Bray, D.J. 2020, Anglerfishes, LOPHIIFORMES in Fishes of Australia. Disponible sur : https://fishesofaustralia.net.au/home/order/25

Écrire un commentaire

Ajouter une image :
Clique pour ajouter une photo à ton commentaire
Qu'avez-vous pensé de notre article?
Poisson-lanterne : caractéristiques, habitat et alimentation
Image: 10tons
Image: Facebook
1 sur 3
Poisson-lanterne : caractéristiques, habitat et alimentation

Retour en haut