Biologie

Règle de Bergmann : définition et exemples

 
Ulla Rothschuh Osorio
Par Ulla Rothschuh Osorio, Biologiste. 28 mars 2024
Règle de Bergmann : définition et exemples

La règle de Bergmann est une règle thermique qui explique que dans des climats froids les animaux sont plus grands afin de mieux conserver la température. Certains exemples qui illustrent cette règle sont les pingouins, les calmars et l'être humain. L'environnement modifie les organismes et ces derniers doivent réagir en s'adaptant pour pouvoir fonctionner dans leur environnement, et surtout pour pouvoir exécuter leurs processus vitaux de base.

La biogéographie est la branche de la biologie qui étudie la manière dont l'environnement affecte les espèces, et en son sein, certaines règles ont été observées. L'une des plus intéressantes est la règle thermique, qui explique comment des organismes si proches peuvent avoir une morphologie aussi variable. Ci-dessous vous en apprendrez plus sur la règle de Bergmann et on vous fera également découvrir deux autres règles thermiques observées en zoologie ! Bonne lecture !

Cela pourrait aussi vous intéresser : Espèces indicatrices : Définition et exemples

Index

  1. Qu'est-ce que la règle de Bergmann - Définition
  2. Exemples de la règle de la Bergmann
  3. Règle d'Allen
  4. Règle de Gloger

Qu'est-ce que la règle de Bergmann - Définition

La règle de Bergmann est une règle thermique utilisée en biologie. Elle explique qu'à des latitudes plus froides, les organismes animaux sont plus grands qu'à des latitudes plus chaudes. Cette règle s'applique aux organismes du même groupe et aux organismes étroitement apparentés, pour lesquels des comparaisons sont possibles et où la différence est visible.

Plus la taille du corps est importante, plus le rapport au volume est faible, ce qui se traduit par une meilleure conservation de la chaleur. Ainsi, les animaux de grande taille peuvent perdre moins de chaleur dans les climats froids et rester plus au chaud. Inversement, les animaux plus petits rayonnent plus de chaleur et peuvent se refroidir dans les endroits chauds en raison de leur plus petite taille.

Plus un animal est grand, plus sa surface corporelle est petite par rapport à son volume, et plus la surface est petite, moins la perte de chaleur est importante. C'est pourquoi les animaux de grande taille ont une perte de chaleur plus faible, ce qui est bénéfique pour les régions froides. Inversement, les animaux plus petits ont une plus grande surface de rayonnement de la chaleur et se refroidissent donc plus rapidement.

En général, cette règle s'applique aux animaux endothermiques, mais des exemples ont également été trouvés pour les animaux exothermiques. D'un autre côté, il y a aussi des exceptions. Voici ci-dessous quelques exemples d'animaux pour lesquels la règle de Bergmann s'applique.

Règle de Bergmann : définition et exemples - Qu'est-ce que la règle de Bergmann - Définition

Exemples de la règle de la Bergmann

Calmar

La taille des calmars varie, mais ils sont généralement de taille moyenne et mesurent environ 50 centimètres de long. Dans ce groupe d'invertébrés, nous pouvons corroborer la règle de Bergmann. Le calmar colossal (Mesonychoteuthis hamiltoni) se distingue par ses 15 mètres de long. Cette taille gigantesque est due au fait qu'il vit dans les profondeurs de la mer, où la lumière du soleil ne parvient pas et où les températures avoisinent 0 °C.

Par contre, le Calmar récifal à grandes nageoires (Sepioteuthis lessoniana) mesure de 3 à 30 centimètres de long. Il est donc nettement plus petit que le calmar colossal et c'est parce qu'il vit dans les zones tempérées et tropicales des océans Indien et Pacifique.

Manchots (famille des sphéniscidés)

Les manchots qui vivent le plus au sud sont les plus grands, comme le manchot empereur (Aptenodytes forsterique), qui mesure 120 centimètres. Il est endémique de l'Antarctique et a donc besoin d'une plus grande surface pour POUVOIR mieux conserver la température. Si on le compare avec le manchot des Galápagos (Spheniscus mendiculus), qui mesure 50 centimètres, la règle de Bergmann est vérifiée.

Êtres humains (Homo sapiens sapiens)

Comme en témoignent les membres des populations des pôles, l'être humain suit également cette règle. En effet, afin de mieux conserver leur chaleur, les Inuits sont de corpulence robuste. La taille est également différente selon la température. Par exemple, là où les journées sont plus chaudes, les individus ont tendance à être plus petits que dans les régions plus septentrionales. Bien entendu, en raison des importants échanges génétiques qui ont eu lieu à l'époque moderne au sein de la population humaine, ces changements ne sont plus aussi visibles.

Règle de Bergmann : définition et exemples - Exemples de la règle de la Bergmann

Règle d'Allen

La règle d'Allen explique que les animaux endothermiques ont des parties du corps plus grandes lorsque la température est plus élevée, car cela les aide à se refroidir.

Voici quelques exemples :

  • Oreilles : les lapins des régions équatoriales ont de grandes oreilles pour pouvoir se refroidir à des températures élevées, alors que les lapins des régions tempérées ont des oreilles plus petites.
  • Nez : cette caractéristique peut être observée chez l'homme. Les populations indigènes des régions chaudes ont un nez et des narines plus larges pour se rafraîchir, tandis que celles des régions tempérées ont un nez plus petit.
  • Queue : des souris ont été testées en augmentant la température dans un groupe et en l'abaissant dans un autre. Le résultat a été que les souris élevées au froid avaient une queue plus courte que les souris élevées au chaud. Cela s'explique par le fait que les souris à température élevée doivent dissiper davantage de chaleur par leurs membres ou leurs appendices.
Règle de Bergmann : définition et exemples - Règle d'Allen

Règle de Gloger

Il s'agit de la troisième règle thermique, qui indique que la pigmentation est également influencée par la température. Dans les régions chaudes et humides, la coloration est brunâtre. Dans les régions plus sèches et plus froides, la coloration est plus claire.

Les ours en sont le meilleur exemple. L'ours polaire (Ursus matirimus) est blanc, tandis que l'ours brun (Ursus arctos) est brun. Chez les mammifères, cette règle permet de se protéger des rayons UV grâce à la mélanine. On l'observe également chez les oiseaux, et l'on suppose que c'est parce que les plumes foncées sont moins propices à la prolifération des bactéries et sont plus résistantes.

Dans l'article suivant on vous propose de découvrir pleins d'animaux du pôle Sud et du pôle Nord.

Si vous souhaitez lire plus d'articles semblables à Règle de Bergmann : définition et exemples, nous vous recommandons de consulter la catégorie Biologie.

Bibliographie
  • Escolástico León, C., Claramunt Vallespí, T. (2013). ECOLOGÍA I: INTRODUCCIÓN. ORGANISMOS Y POBLACIONES. España: UNED.

Écrire un commentaire

Ajouter une image
Clique pour ajouter une photo à ton commentaire
Qu'avez-vous pensé de notre article?
1 sur 4
Règle de Bergmann : définition et exemples