menu
Partager

Qu'est-ce que l'autopollinisation ?

 
Par Paola Milan Lopez, Traductrice. 29 décembre 2021
Qu'est-ce que l'autopollinisation ?

La pollinisation est la première étape de la reproduction des plantes pour qu'elles puissent se reproduire. Normalement, il faut deux plantes pour que cela se produise, mais il existe un mécanisme par lequel une plante peut se polliniser elle-même. Ce processus est connu sous le nom d'autopollinisation et, dans cet article de ProjetÉcolo, nous allons vous expliquer en quoi consiste l'autopollinisation, comment elle diffère de la pollinisation croisée et si cette stratégie présente plus d'avantages que d'inconvénients.

Cela pourrait aussi vous intéresser : Qu'est-ce que la pollinisation

Qu'est-ce que l'autopollinisation et les autres types de pollinisation ?

Les plantes ont besoin de la pollinisation pour que le pollen des anthères de la fleur mâle atteigne le stigmate, situé sur le pistil, et puisse germer. À partir de là, le tube pollinique se développe, réunissant les gamètes mâles et femelles pour se féconder mutuellement et créer un zygote diploïde.

Pour assurer l'autopollinisation, le pistil est collant afin que le pollen puisse être facilement capturé lorsqu'il s'approche des étamines. Cela se produit généralement au cours d'un processus appelé cleistogamie, où la pollinisation a lieu avant l'ouverture de la fleur, en profitant de la proximité entre les pistils et les étamines. L'autopollinisation peut également se produire lorsque la fleur est ouverte, où le moindre petit mouvement permet aux grains de pollen d'atteindre le stigmate femelle. Dans des cas extrêmes, certaines plantes peuvent attendre la pollinisation et, si celle-ci n'a pas lieu, elles peuvent se fermer et s'autopolliniser. Ce cas est visible avec le soja.

La pollinisation peut se faire de plusieurs manières, mais la plus curieuse est la pollinisation directe, qui se produit lorsqu'il y a autopollinisation. Dans ce cas, les plantes ont la capacité pour les étamines de polliniser le stigmate de la même fleur, sans pollinisateur externe. Ces espèces sont autopollinisantes, c'est-à-dire que les gamètes mâles et femelles d'une même plante s'unissent. Toutes les plantes qui peuvent s'autopolliniser doivent être hermaphrodites, car elles ont besoin des deux appareils de reproduction de la plante.

Dans ces autres articles, vous trouverez plus d'informations sur la Plante hermaphrodite : exemple, définition et caractéristiques ou l'Anatomie d'une plante - les parties d'une plante avec schéma.

Types de pollinisation

Les autres types de pollinisation peuvent être classés comme naturels ou artificiels. Par la suite, nous les examinerons plus en détail :

  • La pollinisation naturelle : il peut s'agir d'une pollinisation entomogène (lorsque des insectes comme les abeilles sont impliqués) ou d'une pollinisation zoophile (lorsque le pollen adhère aux plumes ou à la fourrure des animaux). Il peut également être dispersé par des moyens abiotiques, étant anémophile, lorsque le vent aide à la pollinisation ou hydrophile par le transport de l'eau.
  • La pollinisation artificielle : elle est effectuée par l'homme, qui intervient dans le processus de fécondation. Cette méthode est utilisée lorsqu'un contrôle accru de la descendance est souhaité, afin qu'elle présente des caractéristiques particulières, ou en cas de pénurie de pollinisateurs par isolement, notamment pour la pollinisation des cultures. Elle peut être réalisée avec un bâton ou un pinceau pour transférer le pollen.

Vous trouverez ici de plus amples informations sur Qu'est-ce que le pollen et à quoi sert-il ?

Différence entre l'autopollinisation et la pollinisation croisée

L'autopollinisation et la pollinisation croisée sont deux processus différents. C'est pourquoi nous allons maintenant expliquer les différences entre l'autopollinisation et la pollinisation croisée.

  • Autopollinisation : la plante n'a pas besoin de pollinisation externe, ni de pollen d'autres plantes de la même espèce. Les fleurs des plantes autopollinisantes peuvent être de petite taille et de couleurs moins vives, car elles n'ont pas eu besoin de développer ces stratégies au cours de l'évolution. Les plantes autopollinisantes sont les moins courantes. Des exemples de plantes autopollinisantes sont les petits pois, le prunier (Prunus domestica), les tomates, le soja ou certaines orchidées comme Ophrys apifera.
  • Pollinisation croisée : elle a besoin du pollen d'autres plantes. Pour cette pollinisation croisée, des moyens de transport naturels comme le vent, l'eau ou les insectes sont nécessaires. Pour attirer ces derniers, les fleurs ont des couleurs vives auxquelles la vision des arthropodes répond. Les plantes à pollinisation croisée sont les plus courantes.

Dans cet article de ProjetÉcolo, nous vous donnons plus d'informations sur ce qu'est la pollinisation et son importance pour l'environnement afin que vous puissiez en savoir plus sur le sujet.

Qu'est-ce que l'autopollinisation ? - Différence entre l'autopollinisation et la pollinisation croisée

Avantages et inconvénients de l'autopollinisation

Le processus d'autopollinisation est une stratégie de reproduction très particulière et présente donc différents avantages et inconvénients.

Avantages de l'autopollinisation

Les avantages de l'ensemble du processus d'autopollinisation sont les suivants :

  • Elles n'ont pas besoin de causes externes pour mener à bien leur reproduction : cela signifie également qu'elles ne dépendent pas d'autres plantes de leur espèce pour se polliniser, prospérant partout où elles sont insérées et devenant souvent des plantes envahissantes, des parasites ou des mauvaises herbes.
  • Zéro déchet pollinique : le pollen ne se perd pas dans le vent, l'eau ou les animaux, ce qui rend la production de ces cellules reproductrices plus efficace. Cet avantage de l'autogamie est particulièrement important pour les petites fleurs, qui ne peuvent pas produire de grandes quantités de pollen et doivent en tirer le meilleur parti.
  • Génération de la descendance : avec des lignées plus pures et une génétique plus uniforme.
  • Adaptation à des écosystèmes particuliers : chaque nouvelle génération reproduit des plantes qui sont également bien adaptées à l'environnement particulier qu'elles habitent déjà.

Inconvénients de l'autopollinisation

Certains des inconvénients du processus d'autopollinisation sont les suivants :

  • Détérioration génétique due à l'absence de recombinaison : l'autofécondation a pour but d'augmenter le nombre d'homozygotes afin que les gènes récessifs s'expriment, mais comme il s'agit d'une reproduction de type consanguin, elle génère une détérioration de la recombinaison génétique qui entraîne l'accumulation de gènes récessifs nuisibles.
  • Plasticité adaptative réduite : l'absence d'échanges génétiques les expose également aux parasites, aux maladies ou aux changements de l'environnement, pour lesquels ils n'ont pas développé de stratégies adaptatives.
  • L'altération de la fertilité : elle est très courante chez tous les organismes qui se reproduisent par consanguinité.

En revanche, chez les plantes, il est courant que l'homozygotie donne lieu à d'excellentes adaptations à des écosystèmes particuliers, chaque nouvelle génération reproduisant des plantes tout aussi bien adaptées.

Si vous souhaitez lire plus d'articles semblables à Qu'est-ce que l'autopollinisation ?, nous vous recommandons de consulter la catégorie Biologie.

Bibliographie
  • Medawar, P., & Medawar, J.S. (1996). De Aristóteles a Zoológicos, Diccionario filosófico de Biología. Ciudad de México: Fondo de Cultura Económica.
  • Hernández, H., García, A., Álvarez, F., & Ulloa, M. (2001). Enfoques contemporáneos para el estudio de la biodiversidad. Ciudad de México: Instituto de Biología de la Universidad Autónoma de México.

Écrire un commentaire

Ajouter une image :
Clique pour ajouter une photo à ton commentaire
Qu'avez-vous pensé de notre article?
Qu'est-ce que l'autopollinisation ?
1 sur 2
Qu'est-ce que l'autopollinisation ?

Retour en haut