Environnement (autres)

Cinabre : définition, propriétés et toxicité

 
Paola Milan Lopez
Par Paola Milan Lopez, Traductrice. 11 avril 2023
Cinabre : définition, propriétés et toxicité

Le cinabre est un minéral qui a toujours suscité la curiosité et l'intérêt de l'homme en raison de sa couleur intense et parce qu'il contient du mercure, un métal lourd très répandu qui devient liquide à température ambiante. Le cinabre est utilisé depuis l'Antiquité et dans cet intéressant article de ProjetÉcolo, nous vous expliquons en détail tout ce que vous devez savoir sur le cinabre, ses propriétés, ses utilisations et sa toxicité.

Cela pourrait aussi vous intéresser : Édaphologie : définition, caractéristiques et importance

Index

  1. Qu'est-ce que le cinabre ?
  2. Propriétés du cinabre
  3. Utilisations du cinabre
  4. Toxicité du cinabre

Qu'est-ce que le cinabre ?

Le cinabre est un minéral appartenant au groupe des sulfures et composé d'environ 85 % de mercure et 15 % de soufre. Sa formule chimique correspond au sulfure de mercure : HgS. Les cristaux qui la constituent sont généralement rares et remarquables, avec des faces triangulaires bien développées et un éclat vitreux dans des tons rouge vif qui font que les spécimens cristallins de ce minéral sont très prisés par les collectionneurs. Le cinabre est la principale et pratiquement la seule source de mercure au monde.

Où peut-on le trouver ? De nombreux gisements de cinabre sont associés à des sources chaudes actives dans des zones d'activité volcanique, mais on peut également le trouver dans des filons, c'est-à-dire des fissures de l'écorce terrestre remplies de minéraux. Il est également présent dans des dépôts d'imprégnation sur des roches poreuses, comme à Almadén, une ville espagnole située à Ciudad Real, qui est l'une des plus grandes sources existantes de cinabre, avec plus de 2 000 ans de production ininterrompue de mercure. On en a également trouvé dans d'autres endroits du continent européen, comme l'Allemagne, l'Italie et la Slovénie ; en Amérique, dans des pays comme le Pérou, la Colombie, le Mexique et les États-Unis ; et même en Chine, sur le continent asiatique.

Vous pouvez également lire cet article sur les Ressources minérales - Définition, classification et exemples

.

Propriétés du cinabre

Le cinabre possède plusieurs propriétés physiques qui le caractérisent. En voici six :

  • Il est de couleur rouge foncé.
  • Il présente un éclat adamantin sur les faces cristallines à terreuses.
  • Son système cristallin est trigonal.
  • Sa dureté est de 2 à 2,5.
  • Sa densité est de 8,176 g/cm³.
  • Sa rupture génère des morceaux irréguliers à subconchoïdaux (rupture en forme de coquille).
Cinabre : définition, propriétés et toxicité - Propriétés du cinabre

Utilisations du cinabre

Des études montrent que le cinabre est largement utilisé depuis l'Antiquité. Examinons quelques-unes de ses utilisations :

  • Pigment : on sait que, dans l'Antiquité, le cinabre était largement utilisé comme pigment en raison de sa couleur rouge intense dans les peintures rupestres, les peintures murales, les céramiques, la décoration d'objets et même dans l'écriture de livres, dans le but de rendre les lettres plus nettes.
  • Rituels funéraires : tout au long de l'histoire, des crânes et des restes de squelettes humains ont été retrouvés peints avec du cinabre et on a découvert que ce minéral était utilisé dans des cérémonies ou des rituels funéraires.
  • Activité minière : le mercure étant obtenu à partir du cinabre, il est largement exploité dans les mines. Le mercure est ensuite utilisé pour séparer l'or et l'argent.
  • Minéral de collection : son éclat dans les tons rouge vif en fait un minéral très prisé et apprécié des collectionneurs. Malheureusement, ces propriétés qui rendent ces cristaux particulièrement attrayants disparaissent avec l'exposition à la lumière, car ils noircissent et perdent leur éclat. C'est pourquoi il est important de les conserver à l'abri de la lumière.

Vous seriez peut-être intéressé par les Roches sédimentaires : Types, formation et exemples.

Toxicité du cinabre

Bien que le cinabre soit moins toxique que le mercure, il peut avoir de graves effets sur la santé s'il est touché, ingéré ou respiré. Dans l'Antiquité, les fumées résultant de l'exposition du cinabre au feu étaient probablement inhalées (volontairement ou involontairement) lors de cérémonies ou de rituels, de sorte qu'il est très probable que des états de conscience altérés et des problèmes de santé se soient produits chez les participants.

Nous savons que la séparation du cinabre en mercure et en soufre est nécessaire pour pouvoir utiliser l'élément à des fins industrielles. En fait, le mercure, en raison de sa tension de vapeur élevée, présente un risque potentiel pour la santé des personnes. Lorsqu'il y a une certaine quantité de mercure liquide, l'atmosphère contient de fortes concentrations de cet élément qui, à l'état gazeux, est hautement toxique, et l'inhalation de ses vapeurs pendant des périodes prolongées génère certaines maladies telles que l'hydrargirisme ou le mercurialisme : la même maladie qui affectait les chapeliers du XIXe siècle qui utilisaient ce métal pour la fabrication du feutre, ou ceux qui obtenaient des amalgames dentaires pour le traitement des caries.

D'autre part, dans les masses d'eau contaminées par le mercure, cet élément peut s'accumuler dans les organismes par le biais des réseaux alimentaires aquatiques, dans un phénomène appelé bioaccumulation ou bioamplification, où les principaux prédateurs seront ceux qui ont la plus forte concentration de mercure dans leurs tissus. Ce phénomène n'a pas seulement un impact négatif sur ces espèces, mais peut également provoquer une intoxication alimentaire chez les humains qui consomment du poisson.

La forte concentration de mercure dans les systèmes naturels n'est pas une coïncidence, car elle résulte principalement d'activités anthropiques telles que l'exploitation minière, l'utilisation de produits contenant du mercure et la déforestation. Dans cet article, nous vous expliquons les Causes de la déforestation.

Si vous souhaitez lire plus d'articles semblables à Cinabre : définition, propriétés et toxicité, nous vous recommandons de consulter la catégorie Environnement (autres).

Bibliographie
  • Higueras, P. L., Esbrí, J. M., & Noguero, E. M. (2018). El cinabrio, fuente del único metal pesado líquido. Disponible sur:
  • Martínez, C. (2018). “La belleza mortal del cinabrio”. Site internet: https://www.mncn.csic.es/es/comunicacion/blog/la-belleza-mortal-del-cinabrio
  • (s.n) “Cinabrio”. Site internet: https://es.wikipedia.org/wiki/Cinabrio
Écrire un commentaire
Ajouter une image
Clique pour ajouter une photo à ton commentaire
Qu'avez-vous pensé de notre article?
1 sur 2
Cinabre : définition, propriétés et toxicité