Société et culture

Quels sont les droits des animaux

 
Reine N'konou
Par Reine N'konou. 4 mars 2024
Quels sont les droits des animaux

Bien que les différentes législations aient inclus les animaux dans leurs textes depuis des décennies, leur inclusion s'est faite le plus souvent dans un sens instrumental, les considérant comme des instruments de travail dont la protection juridique était égale à celle de simples objets ou choses, propriété d'un propriétaire, qui pouvait revendiquer la valeur économique que la perte de l'animal représentait pour lui en tant qu'instrument d'exploitation économique.

Nous disposons aujourd'hui d'une législation environnementale qui protège la flore et la faune sauvages dans la mesure où leur protection est inhérente à celle du milieu dans lequel les animaux vivent, mais dans cet article, nous allons laisser de côté les lois environnementales, qui ont déjà été mentionnées dans d'autres articles, pour nous concentrer sur les réglementations qui offrent une protection aux animaux qui vivent plus étroitement avec l'homme. Continuez de lire cet article intéressant de ProjetEcolo si vous voulez tout savoir les droits des animaux.

Cela pourrait aussi vous intéresser : Spécisme : Définition et exemples

Index

  1. Liste des 5 libertés du bien-être animal
  2. Droits des animaux au niveau législatif
  3. Exemples de jugements relatifs aux droits des animaux

Liste des 5 libertés du bien-être animal

Tout d'abord, nous ne pouvons manquer de mentionner l'une des déclarations internationales les plus connues, puisque tout le monde en a plus ou moins entendu parler. Il s'agit de la Déclaration universelle des droits de l'animal, proclamée par l'UNESCO en 1977. Elle se compose de 14 articles, par lesquels les animaux sont reconnus comme des êtres qui méritent la protection de la loi, ainsi qu'un traitement digne et le respect à tout moment. Ce lien vous permet de consulter la liste des 14 articles des droits des animaux selon la Déclaration universelle des droits de l'animal.

En outre, l'OIE (Organisation mondiale de la santé animale)[1] établit des lignes directrices pour le bien-être des animaux, qui ont été mises en œuvre dans le monde entier en 1993. Ces lignes directrices sont un ensemble de "5 libertés", qui relèvent de la responsabilité de l'homme et qui consistent en ce que chaque animal a le droit de vivre de la manière suivante :

  1. Libre de la soif, de la faim et de la malnutrition
  2. Libre des inconforts
  3. Libre de la douleur et de la maladie
  4. Libre de s'exprimer
  5. Libre de la peur et du stress

Bien que ce qui précède soit idyllique, il est important de souligner que ces deux déclarations ne sont qu'un ensemble de "bonnes intentions", car elles n'impliquent pas une réglementation qui doit être respectée par les différents États.

Quels sont les droits des animaux - Liste des 5 libertés du bien-être animal

Droits des animaux au niveau législatif

En ce qui concerne la législation, à l'heure actuelle, le droit des animaux est encore très précaire, même s'il est vrai que la voie empruntée semble être la bonne, ou du moins bien meilleure que la situation antérieure, de sorte que l'on trouve de plus en plus de lois et de jurisprudences (jugements des différents tribunaux) qui établissent une protection des animaux qui n'existait pas jusqu'à présent. La société demande un changement et, petit à petit, les lois et les personnes chargées de les appliquer y répondent.

Il est important de noter qu'il reste encore beaucoup de chemin à parcourir en matière de législation sur les animaux. Actuellement, des règlements sont en cours d'élaboration pour réglementer le bien-être des animaux, ainsi que l'interdiction de la torture, du transport, de la souffrance normale des animaux, etc. En ce sens, certains experts les qualifient de droits de "première génération"comme des droits de l'homme, qui ont commencé par des droits civils fondamentaux avant de devenir des droits plus étendus, conférant aux personnes des droits sociaux, économiques et culturels du simple fait qu'ils sont des êtres humains, C'est pourquoi plusieurs juristes s'accordent à penser que les droits des animaux évoluent dans la même direction, passant de réglementations qui envisageaient la protection des animaux sous l'angle de leur utilité pour l'homme à la prolifération de lois de protection des animaux sous l'angle de leur statut d'êtres sensibles qui méritent d'être protégés pour eux-mêmes, c'est-à-dire pour le fait qu'ils sont des êtres sensibles.

On en trouve un exemple en Allemagne, où l'article 20 de la Loi fondamentale de la République fédérale d'Allemagne établit l'obligation pour l'État d'intervenir dans la protection des animaux.

Dans le cas de l'Espagne, s'il est vrai que les droits des animaux sont de plus en plus reconnus, sans oublier l'introduction dans le code pénal du délit de maltraitance animale (qui a signifié un avant et un après en ce qui concerne la vision du droit animalier), il est encore nécessaire de développer des mécanismes visant à rendre effective la protection des animaux, en particulier en ce qui concerne la défense juridique des animaux, car, bien que l'exercice de l'action pénale contre les mauvais traitements infligés aux animaux corresponde au ministère public en tant que procureur, dans la pratique, l'absence de ces mécanismes signifie que les poursuites doivent être menées par différentes associations de défense des animaux ou par des avocats bénévoles. Un exemple d'un tel mécanisme se trouve à Zurich, où il existe un défenseur public pour les animaux souffrant de maltraitance.

De même, en janvier 2020, le gouvernement espagnol a créé la Direction générale des droits des animaux qui, nous l'espérons, dans un avenir proche, fera de bonnes propositions, et surtout des propositions applicables et réalistes, en ce qui concerne la protection des animaux.

Quels sont les droits des animaux - Droits des animaux au niveau législatif

Exemples de jugements relatifs aux droits des animaux

Bien qu'il existe actuellement des lois qui continuent à classer les animaux comme des choses, ces dernières années, la façon dont nous considérons les animaux a beaucoup évolué. C'est pourquoi des législations telles que le code civil de Catalogne, le traité de Lisbonne, ainsi que certaines législations régionales et municipales qualifient déjà les animaux d'êtres sensibles, comme c'est le cas de la loi sur le bien-être animal des îles Canaries. De même, en raison de la relation que de nombreuses personnes entretiennent actuellement avec leurs animaux, les tribunaux ont commencé à statuer non seulement sur la base du préjudice matériel subi par le "propriétaire" de l'animal, mais aussi à indemniser le compagnon humain de l'animal pour le préjudice moral causé par la perte de l'animal. En ce sens, il convient de souligner la sentence du tribunal de première instance nº 32 de Barcelone, dictée en 2007 par le magistrat Guillermo Arias Boo, dans laquelle on peut voir que la base juridique suivante est d'une réalité sociale écrasante, et qui dit ce qui suit :

"Il est évident, par ailleurs, que le préjudice subi par les personnes qui perdent un être cher va bien au-delà de la perte financière qu'il peut représenter pour elles. En réalité, il n'a pas de prix. Walt Disney disait au début de "La Dame et le Clochard" que s'il y a une chose que personne ne pourra jamais acheter avec de l'argent, c'est la queue d'un chien qui remue. Il n'y a donc pas d'argent pour indemniser la plaignante, son mari et ses enfants pour leur perte. Mais cela ne doit pas servir de prétexte pour ne pas reconnaître, ne serait-ce que symboliquement, par une compensation monétaire, même insuffisante, qu'il existe une personne qui répond devant eux, selon le droit civil, du préjudice moral qu'ils ont subi".

Dans le même ordre d'idées, nous ne pouvons pas oublier la sentence 102/2018 du 15 janvier 2018, rendue par le tribunal pénal n° 2 de Mérida, sentence qui a ensuite été confirmée dans son intégralité par la Cour provinciale de Badajoz, dans laquelle un homme a été condamné à 27 mois de prison pour avoir jeté deux chiens dans un puits et les avoir ensuite lapidés à mort, étant reconnu coupable de deux crimes de maltraitance des animaux de l'art. L'article 337 du code pénal a été invoqué pour fonder la décision sur le fait que les animaux sont des êtres sensibles, dans les termes suivants :

"Les chiens sont des êtres vivants doués de sensibilité". "Par conséquent, nous ne pouvons pas limiter la protection de l'animal à la sphère du propriétaire". Et ils poursuivent : "La relation entre la personne et l'animal transcende le domaine : les pouvoirs d'utilisation et de jouissance de l'animal, ainsi que la disposition à son égard, doivent respecter sa condition d'être sensible, de sorte que le propriétaire doit préserver le bien-être de l'animal et, bien entendu, s'abstenir de le maltraiter, de l'abandonner et, surtout, de lui infliger une mort cruelle".

"Dans le crime de maltraitance animale, le bien juridique protégé n'est pas la propriété" car "en général, on entend par là le bien-être de l'animal, lié à l'absence de douleur ou de souffrance inutile". Par conséquent, "le droit pénal est fondé sur une série de devoirs que les personnes ont envers les animaux".

Sur la base de ce qui a été dit dans cet article, on peut résumer que nous sommes actuellement dans une phase "embryonnaire", dans laquelle sont jetées les bases sur lesquelles le droit animalier, de plus en plus présent dans notre société, s'appuiera un jour. Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir à cet égard, car les réglementations nationales actuelles se concentrent davantage sur les conditions d'hygiène et de santé des animaux, tant dans les élevages que dans les zoos, et manquent de réglementation en termes de bien-être et de protection des animaux, bien que la direction prise soit la bonne.

Après avoir pris connaissance de tous ces éléments, nous vous conseillons de lire ces autres articles sur l'exploitation des animaux et sur les moyens d'éviter les mauvais traitements infligés aux animaux. Nous vous encourageons également à regarder cette vidéo qui explique pourquoi il est important de protéger les animaux en voie de disparition.

Si vous avez aimé notre article Quels sont les droits des animaux, chez ProjetEcolo, découvrez également :

Si vous souhaitez lire plus d'articles semblables à Quels sont les droits des animaux, nous vous recommandons de consulter la catégorie Société et culture.

Références
  1. OIE (Organización Mundial de Salud Animal): https://www.oie.int/es/

Écrire un commentaire

Ajouter une image
Clique pour ajouter une photo à ton commentaire
Qu'avez-vous pensé de notre article?
1 sur 3
Quels sont les droits des animaux