menu
Partager

Bioremédiation - Définition et exemples

 
Par Josefina Bordino, Licence en ressources naturelles. 28 septembre 2021
Bioremédiation - Définition et exemples

Il est de notoriété publique que nos activités quotidiennes génèrent des déchets qui ont un impact sur l'environnement. Et cela concerne aussi bien le sol dans lequel nous cultivons que les aliments que nous consommons, l'eau que nous buvons ou même l'air que nous respirons. En bref, la pollution environnementale est une menace pour notre propre bien-être.

Heureusement, les scientifiques et les chercheurs ont développé des techniques pour tenter d'assainir les environnements endommagés par la pollution. L'une de ces techniques, c'est la biorémédiation. En avez-vous déjà entendu parler ? Si vous voulez tout savoir sur ce procédé issu de la biotechnologie, ne manquez pas cet article de ProjetEcolo dans lequel nous développerons tout sur la bioremédiation.

Cela pourrait aussi vous intéresser : Impact des technologies sur l'environnement

Qu'est-ce que la bioremédiation

Commençons par la définition de la biorémédiation. La biorémédiation se définit comme tout processus biotechnologique utilisant des organismes pour dépolluer un environnement contaminé, qu'il soit terrestre ou aquatique.

Donc, si vous vous demandez ce qui est utilisé pour la bioremédiation, la réponse est simple : des organismes vivants. Cependant, tous les organismes vivants ne peuvent pas être utilisés pour la bioremédiation de l'environnement. En effet, les organismes sont choisis en fonction de leurs qualités pour immobiliser, minéraliser ou dégrader les composés polluants et une attention particulière est accordée à leurs enzymes. En général, les organismes les plus couramment utilisés dans les processus de bioremédiation sont les bactéries, les champignons et les plantes. Parfois, les organismes sont génétiquement modifiés afin que leurs qualités se rapprochent de celles nécessaires à la bioremédiation.

Types de bioremédiation

La bioremédiation est si complexe qu'elle peut être classée en plusieurs types selon les critères choisis. Voici trois types de classification de la bioremédiation.

En fonction de la stratégie de bioremédiation

  • Biostimulation. Ce type de stratégie de bioremédiation tire parti des particularités des organismes déjà présents dans le sol ou la masse d'eau à traiter et cherche à adapter les conditions environnementales pour favoriser leur développement et la dégradation des polluants qui en découle. En résumé, la biostimulation consiste à incorporer des nutriments ou à modifier des variables environnementales telles que le pH du sol ou de l'eau.
  • Bioaugmentation. Cette autre stratégie de bioremédiation consiste à incorporer dans un environnement pollué des organismes ayant la capacité de dégrader des composés. De cette façon, le processus d'assainissement est optimisé.

En fonction de l'endroit où se fait la bioremédiation

  • Bioremédiation in situ. Les techniques de bioremédiation in situ sont celles qui sont réalisées à l'endroit même où se trouve le polluant, sans qu'il soit nécessaire de déplacer le substrat. Elle est généralement utilisée lorsque la contamination concerne un très grand volume d'eau ou de sol.
  • Bioremédiation ex situ. Il s'agit de techniques de bioremédiation où l'eau ou le sol contaminé est extrait et traité dans des installations spécifiques à cet effet. Contrairement à la précédente, cette technique est utilisée pour les petits volumes.

En fonction des organismes utilisés pour la bioremédiation

  • Dégradation enzymatique. Cette technique fait référence à l'utilisation exclusive d'enzymes pour assainir un environnement pollué.
  • Bioremédiation microbienne. Dans ce cas, il s'agit de l'utilisation de bactéries et de champignons pour assainir le site contaminé. On recherche des espèces capables de métaboliser les composés polluants.
  • Phytoremédiation. Dans ce cas, la bioremédiation est réalisée exclusivement par les plantes. Il existe plusieurs types de phytoremédiation en fonction des qualités des plantes : certaines sont capables de dégrader les composés, d'autres de les immobiliser dans leurs feuilles, etc.
Bioremédiation - Définition et exemples - Types de bioremédiation

Exemples de bioremédiation

La bioremédiation est généralement utilisée pour assainir des environnements qui ont été pollués par des hydrocarbures, comme le pétrole, les pesticides, les métaux lourds, les déchets d'origines diverses, etc.

  • La présence de métaux lourds dans l'eau et le sol a de graves répercussions sur la santé. Les plantes sont capables d'extraire les métaux lourds des substrats en les adsorbant. Parmi les exemples d'espèces végétales utilisées pour l'assainissement des environnements pollués par des métaux lourds, nous pouvons citer Thlaspi caerulescens, qui adsorbe le cadmium et Chrysopogon zizanioides, qui adsorbe le zinc et le plomb. Vous trouverez ici plus d'informations pour lutter contre la pollution de l'eau.
  • Le champignon Pycnoporus sanguineus est également très efficace pour adsorber les métaux lourds en solution aqueuse, en particulier le plomb, le cadmium et le cuivre. En outre, cette espèce fongique pourrait être utilisée pour la bioremédiation des sols, en particulier des sols pollués par des déversements de pétrole, car elle est capable de se développer sur ce composé et de tolérer des températures élevées.
  • Pour poursuivre avec les exemples de micro-organismes utilisés dans la bioremédiation, les cyanobactéries et les algues vertes présentent des caractéristiques propices à la biodégradation d'hydrocarbures. Des études ont démontré la capacité des cyanobactéries appartenant au genre Spirulina à dégrader des composés spécifiques du pétrole. Nous vous recommandons d'en apprendre davantage à leur sujet en lisant cet article sur les cyanobactéries : définition, caractéristiques et exemples.

Avantages et inconvénients de la bioremédiation

Dans ce paragraphe, nous allons aborder les avantages et les inconvénients de la bioremédiation.

Avantages de la bioremédiation

  • Cela revient moins cher que les autres traitements physico-chimiques.
  • Ce sont des techniques simples.
  • Il s'agit d'une technologie peu invasive, qui ne génère pas de déchets et qui est donc respectueuse de l'environnement.
  • Elle nécessite peu d'énergie.
  • Elle peut être utilisée en complément d'autres techniques.

Inconvénients de la bioremédiation

  • Contrairement à d'autres traitements, la bioremédiation demande de plus longues périodes de temps pour obtenir les résultats escomptés.
  • Il est difficile de prévoir le fonctionnement complet du traitement.
  • Les polluants ne sont pas complètement éliminés, il en reste toujours une infime quantité dans l'environnement.
  • Ce n'est pas un procédé envisageable lorsque les concentrations de polluants sont très élevées.

Si vous souhaitez lire plus d'articles semblables à Bioremédiation - Définition et exemples, nous vous recommandons de consulter la catégorie Technologie environnementale.

Bibliographie
  • Calderon-Díaz, I., Trujillo-Tapia, M. N., & Ramírez-Fuentes, E. (2014). ¿Cianobacterias que comen petróleo?. Ciencia y Mar, 22(54), 47-52.
  • Cortón, E., & Viale, A. (2006). Solucionando grandes problemas ambientales con la ayuda de pequeños amigos: las técnicas de biorremediación. Ecosistemas, 15(3).
  • Rojas, E. H. G. (2011). Concepto y estrategias de biorremediación. INGE@ UAN-Tendencias en la Ingeniería, 1(2).

Écrire un commentaire

Ajouter une image :
Clique pour ajouter une photo à ton commentaire
Qu'avez-vous pensé de notre article?

Bioremédiation - Définition et exemples
1 sur 2
Bioremédiation - Définition et exemples

Retour en haut